L'encours de la dette extérieure publique s'est situé à près de 326,5 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, soit 29,2% du produit intérieur brut (PIB) contre 31,3% en 2017, selon la Direction du Trésor et des Finances extérieures (DTFE), relevant du ministère de l'Économie et des Finances.

 La structure par créanciers de cette dette fait ressortir une prédominance des multilatéraux avec une part de 48,8%, suivis des bilatéraux (28,4%) et des marchés financiers internationaux et banques commerciales (22,8%), précise la DTFE dans son bulletin statistique de la dette extérieure publique de décembre 2018, publié sur le site du ministère.
En 2018, indique la même source, les établissements publics et le Trésor ont été les premiers emprunteurs avec des parts respectives de 54,1% et 45,4%, notant que la dette extérieure du Trésor a reculé à 13,2% du PIB.
Le bulletin fait également savoir qu'un volume global de 19,3 MMDH a été mobilisé par le secteur public, dont 12,9 MMDH destinés aux projets d'investissements des établissements et entreprises publics (EEP), 6,3 MMDH pour le Trésor (5,8 MMDH au titre des appuis aux réformes et 500 millions de dirhams -MDH- pour des projets du budget) et 900 MDH pour le financement des projets des collectivités territoriales. Par devise, la dette extérieure publique a été dominée par l'euro (59,5%), alors que le dollar américain a représenté 28,4% et le yen japonnais 3,8%, précise la DTFE, ajoutant que la part de la dette à taux d'intérêt fixe s'est élevée à 75,2% contre 24,8% à taux variable.
Le Bulletin statistique de la dette extérieure publique est une publication trimestrielle visant à diffuser des statistiques de la dette extérieure publique, en vue de compléter les statistiques disséminées dans le cadre de la Norme Spéciale de Diffusion des Données du FMI (NSDD) et de permettre aux utilisateurs internes et externes de disposer régulièrement d'une vue globale sur l'endettement extérieur public.
Source : menara.ma/6 avril 2019