Le géant informatique Microsoft a mené des recherches liées à l'intelligence artificielle, notamment sur l'analyse d'expressions faciales, avec des universitaires chinois affiliés à un établissement militaire -- des travaux susceptibles d'être utilisés à des fins de surveillance et de censure.

Des climatologues ont montré comment des changements de température dans l'hémisphère Nord ont provoqué une rapide aridification du Sahara il y a près de 5 000 ans. Au milieu du XIXe siècle, lors d’un trajet entre Tripoli et Tombouctou, l’explorateur allemand Heinrich Barth découvrit des peintures et des gravures sur rochers figurant des scènes de chasse et des animaux. Ces traces, datées d’il y a 11 000 à 5 500 ans, témoignent d’une époque où le Sahara était bien différent d’aujourd’hui. En effet, le désert actuel était alors couvert d’une végétation tropicale et de fleuves :

techno-science-21Les éruptions solaires peuvent blesser les astronautes et endommager les satellites et les réseaux électriques. Anticiper ces violents phénomènes est crucial. Une équipe de chercheurs propose une méthode qui améliorerait leur prévision. Bientôt une météo de l'espace ? Les éruptions solaires sont l’un des phénomènes les plus violents du Système solaire.

Elles se produisent lors de la reconfiguration brutale du champ magnétique de l’étoile, qui propulse de grandes quantités de lumière, de particules à haute énergie et de matière sous forme de plasma (des jets de particules moins énergétiques que les précédentes et se déplaçant plus lentement, que l'on nomme éjections de masse coronale).

En arrivant dans le voisinage de la Terre, les particules de haute énergie et les éjections de masse coronale peuvent perturber les dispositifs électroniques, les satellites, voire menacer la vie des astronautes sur la Station spatiale internationale. Il est cependant difficile d’anticiper ces éruptions : actuellement, la fiabilité des prévisions ne dépasse pas 40 %. Étienne Pariat, du Lesia (de l’observatoire de Paris et du CNRS), et ses collègues ont proposé une nouvelle méthode qui améliore ces prévisions. Les chercheurs ont étudié plusieurs simulations tridimensionnelles qui reproduisent la formation de tubes de flux magnétique à la surface du Soleil et qui conduisent, ou non, à une éruption.