Il est de coutume, dans certaines cultures, de faire des vœux au passage d’une étoile filante ou en soufflant sur les aigrettes d’un pissenlit. Ce 31 décembre, vers minuit, le ciel de Paris était gris, il faisait froid et il pleuvait. Pour annoncer la fin d’une année (2017) et le début d’une autre (2018), les feux d’artifice remplissaient le ciel parisien de mille étoiles aux bonheur de milliers de citadins. La Tour Eiffel scintillait de mille feux (20 000 ampoules) et ses 2 faisceaux lumineux balayaient les environs sur un rayon de 80 km.

Alors j’ai fait un vœu à ma manière (louange à Dieu) : « l’ouverture en cette année 2018 du Centre Culturel Marocain (CCM), inauguré par le Roi Mohammed VI, le 17 février 2016 ».

Les Marocains du monde

Les migrations marocaines à l’étranger n’ont jamais été de mauvais augure ou un point de faiblesse pour le Maroc, ceci depuis les premières migrations en tant que voyageurs explorateurs ou pour le savoir, pour les lieux sacrés, ou pour les voyages diplomatiques, jusqu’aux migrations économiques des débuts du siècle dernier à la recherche des opportunités de travail à l’étranger, surtout en Europe…

France

Vous avez remarqué, une expression s'est imposée pour commenter la vie politique : on parle désormais des "partis opposés à Emmanuel Macron". Comme s'il y avait d'un côté le raz-de-marée de la République en Marche, et de l'autre, quelques forces disparates et affaiblies, qui formaient ensemble une vague opposition. Pourtant, ces partis opposés à Emmanuel Macron sont très hétérogènes : des amis de Jean-Luc Mélenchon à ceux de François Baroin, du Front national aux socialistes bon teint.

Abdelkrim Benatiq

Cela coule de source. La sollicitude que SM le Roi témoigne aux Marocains installés à l’étranger (MRE) est réelle et indiscutable. Personne n’en doute. Aussi, lorsque les premiers mots du Ministre chargé des affaires MRE rappellent cette évidence, il fait du La Palisse (1470-1525). Le rapport qui lie les MRE à la mère-patrie et à leur Souverain n’a besoin ni de structure ni d’intermédiaire, fusse un Ministre délégué pour se consolider et se perpétuer. Mais, ce qui mérite d’être revu et corrigé par le nouveau Ministre, c’est la manière dont sont traitées leurs affaires et la violence avec laquelle sont reniés leurs droits civiques depuis des décennies.

Sâad Eddine El-Othmani

Il n’y a pas de formule plus explicite pour marquer la déférence à votre personne et l'admiration pour le travail que vous venez d’accomplir, Monsieur le chef du gouvernement, que cette vieille formule du XVIIe siècle : Chapeau bas, Monsieur. Réussir à démêler la question, ô combien compliquée, de la formation du gouvernement en cinq jours, c’est assurément une performance rare, un exploit à méditer et, sans exagération, à enseigner dans les Instituts de Science politique de nos universités marocaines.

El ‘Othmani

Durant cinq mois, tout un pays a été soumis, contre son gré, à un scénario politico-tragique dont rien ne semblait pouvoir arrêter l’emballement et limiter les effets néfastes sur les intérêts supérieurs de la Nation. L’entêtement et l’indécision des uns ont rendu l’obstruction et la rancœur des autres radicales et préjudiciable au fonctionnement du système institutionnel. Il fallait donc un miracle, une force, une puissance hors pair, pour mettre fin à ce scénario. Et ce qui devait arriver arriva le 17 mars et l’espoir naquit de nouveau.