Indicateurs économiques, moral des citoyens et crédibilité internationale sont les marqueurs d’une Tunisie aujourd’hui en souffrance par manque de cadres formés à la prise de responsabilités politiques.  Le président de la République Kaïs Saïed, au milieu des tiraillements politiques et à la surprise générale, a désigné Hichem Mechichi, un indépendant, énarque et haut fonctionnaire d’État, à la tête du futur gouvernement. Personne ne l’aura vu venir y compris les analystes les plus chevronnés. Il faut reconnaître qu’il s’agit là d’une décision courageuse. Ainsi, le président sacrifie le politique au profit de l’étatique. Mais pourquoi ?

En visite à Beyrouth jeudi 6 août, le président français Emmanuel Macron a appelé lors d'une conférence de presse les dirigeants libanais à un «profond changement» pour sortir leur pays de l'impasse politique et économique, aggravée par la double explosion mortelle survenue mardi dans le port de la capitale.

Paris-Plusieurs centaines de Marocains d'Europe se sont donnés rendez-vous, dimanche après-midi sur le Parvis des Droits de l'Homme Place du Trocadéro à Paris, pour dénoncer avec force la profanation de l'emblème national survenue le 26 octobre dernier lors d'une marche dans la capitale française.Ce rassemblement, qui a coïncidé avec les célébrations du 44ème anniversaire de la Marche verte, s'est tenu sous le signe de "l'Union de tous les Marocains et de toutes les Marocaines".

Dans un article d'opinion publié lundi, la politologue et commentatrice azérie Anastasia Lavrina, relève que "de plus en plus de pays à travers le monde comprennent et acceptent la nécessité d'unir leurs efforts pour agir contre les entités créées sans aucune base légale".

Le drame d’Al-Qods

Ils persévèrent et agissent, depuis le 14 mai 1948, sur tous les fronts pour rendre irrévocable un fait accompli :  l’usurpation d’une terre, la Palestine, et la privation d’un peuple de son histoire, de sa culture et de son destin. Ils glosent, se réunissent à ne plus en finir, tergiversent et composent souvent et trompent ainsi leur propre monde ; 1,9 milliard d’individus.  Chercher donc l’erreur….

Lutte antiterrorisme

Le modèle marocain en matière de lutte contre le terrorisme est fondé sur une stratégie à trois axes, a souligné le président du Centre maghrébin pour les études sur la sécurité et l'analyse des politiques, Abderrahim Manar Slimi.Dans une interview accordée à l’hebdomadaire égyptien Al Ahram Al Arabi, publiée jeudi dans un spécial sur l’organisation "Daech" au Maghreb et en Afrique, M. Slimi a expliqué que la première stratégie de ce modèle est basée sur la lutte contre l’extrémisme religieux à travers la réforme du champ religieux lancée en 2014 et qui ne cesse de se renouveler, avec pour objectifs la qualification des imams, et l’équipement et l’encadrement des mosquées tout en leur conférant des missions d’éducation.